Nous avons publié des versions revues de la Politique de confidentialité et de la politique en matière de cookies d'OMRON. Votre utilisation de nos produits et services est soumise à ces dispositions revues.

Ce site Web utilise des cookies. En continuant à naviguer sur ce site Web, vous acceptez notre politique en matière de cookies qui a été revue en mai 2018.

Autoriser les cookies
Weight. management

Surpoids et obésité

Depuis 1980, l'obésité a plus que doublé dans le monde. Comment réduire le surpoids et l'obésité à un niveau individuel ?

Surpoids et obésité *

Depuis 1980, l'obésité a plus que doublé dans le monde. En 2014, plus de 1,9 milliard d'adultes, de 18 ans et plus, étaient en surpoids. 39% des adultes âgés de 18 ans et plus étaient en surpoids en 2014 et 13% étaient obèses. La plupart de la population mondiale vie dans des pays où le surpoids et l'obésité tuent davantage de personnes que l'insuffisance pondérale (en incluant les pays à haut ou moyen niveau de revenus).

Le surpoids et l'obésité se définissent par l'accumulation anormale et excessive de graisse qui nuit à la santé. L'indice de masse corporelle (IMC) est un simple indicateur du rapport poids-taille qui est utilisé communément pour déterminer le surpoids et l'obésité chez les adultes. L'élévation de l'IMC constitue un risque majeur de développer une maladie non transmissible telle que :

  • maladies cardiovasculaires (essentiellement maladies cardiaques et AVC), première cause de décès en 2012 ;
  • diabète ;
  • dysfonctionnements musculosquelettiques (notamment arthrose, une maladie dégénérative très ivalidante des articulations) ;
  • certains cancers (utérus, sein et colon).

Le risque de développer ces maladies augmente avec l'élévation de l'IMC.

 

Comment réduire le surpoids et l'obésité à un niveau individuel ?*

Le surpoids et l'obésité, tout comme les maladies non transmissibles auxquelles ils sont associés, peuvent être évités. Au niveau individuel, chacun peut :

  • limiter l'apport énégétique issu des graisses saturées et des sucres ;
  • augmenter sa consommation de fruits et légumes, légumineuses, céréales complètes et noix ;
  • pratiquer une activité physique régulière (60 minutes par jour pour un enfant et 150 minutes par semaine pour un adulte).

*WHO, Obesity and overweight, Fact sheet N°311, January 2015

Gestion du poids

Se peser régulièrement constitue un bon moyen pour évaluer une perte de poids modérée, une reprise de poids ou pour éviter une augmentation du poids initial chez l'adulte*.

Les moniteurs de la composition corporelle offre une photographie plus complète de l'état du corps, au delà du simple poids. Une balance classique n'affichera pas forcément des résultats plus bas lorsque vous vous mettrez à faire  de l'exercice. Tout simplement parce que les muscles pèsent plus lourd que la graisse.

* Jeffrey J VanWormer et. al, The impact of regular self-weighing on weight management: a systematic literature review, International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity 2008, 5:54 doi:10.1186/1479-5868-5-54

Les moniteurs de la composition corporelle

Le plus simple des moniteurs de composition corporelle calcule l'IMC et la masse graisseuse. Les modèles les plus évolués analysent en plus les muscles du squelette, la graisse viscérale et même le métabolisme au repos.

Voici un rapide glossaire :

  • IMC, indice de masse corporelle
  • Masse graisseuse
  • Graisse viscérale
  • Graisse souscutanée
  • Muscles du squelette
  • Métabolisme au repos

L’IMC (indice de masse corporelle) 

L'indice de masse corporelle (IMC) est un simple indicateur du rapport poids-taille qui est utilisé communément pour déterminer le surpoids et l'obésité chez les adultes. Il se détermine en divisant le poids de la personne par sa taille au carré (kg/m2)

Selon l'étude WHO *:

• Un IMC supérieur ou égale à 25 est synonyme de surpoids
• Un IMC supérieur ou égal à 30 correspond à l'obésité

L'IMC doit être considéré avec prudence car il ne correspond pas au même niveau d'embompoint selon les individus.

*WHO, Obesity and overweight, Fact sheet N°311, January 2015

 

Masse graisseuse

Le niveau de masse graisseuse correspond à la quantité de graisse corporelle rapportée au poids total du corps, exprimé sous forme de pourcentage.

Pourcentage de masse graisseuse (%) = {graisse corporelle (kg) / poids corporel (kg)} × 100

Selon les endroits où la graisse se loge dans le corps, elle est classée en graisse viscérale ou graisse souscutanée.

Graisse viscérale

La graisse viscérale est la graisse qui entoure les organes. Une graisse viscérale trop importante est souvent liée à un accroissement du niveau de gras dans le système sanguin, qui peut conduire à des maladies bien identifiées comme le cholestérol ou le diabète qui affectent la capacité de l'insuline à transférer l'énergie depuis le système sanguin pour l'utliser dans les cellules. Pour éviter ou limiter les effets de ces maladies, il est important d'essayer de réduire la graisse viscérale à un niveau acceptable. Ainsi les personnes dont la graisse viscérale est importante ont tendance à avoir un gros ventre. Cependant, ce n'est pas toujours le cas et des niveaux élevés de graisse viscérale peuvent conduire à une obésité. L'obésité liée au métabolisme (obésité viscérale avec un poids normal) se traduit par un niveau de graisse viscérale supérieur à la normale, même si le poids de la personne est inférieur ou égal au standard pour sa taille.

La graisse souscutanée

La graisse souscutanée est celle qui se situe sous la peau. La graisse souscutanée s'accumule non seulement autour du ventre mais aussi au niveau des bras, des hanches et des cuisses et peut engendrer une altération des proportions du corps. Même si elle n'est pas directement liée à l'augmentation des risques de maladies, elle accroit la pression sur le cœur et peut engendrer des complications. La graisse souscutanée est incluse dans le pourcentage de masse graisseuse.

Les muscles du squelette

Les muscles sont divisés en deux types : les muscles des organes internes, comme le coeur, et les muscles squelettiques fixés aux os permettant au corps de se mouvoir. Il est possible de développer un muscle squelettique en faisant de l'exercice ou d’autres activités. L’augmentation du taux de muscle squelettique signifie que le corps peut brûler de l’énergie plus facilement, diminuant ainsi la probabilité qu’elle se transforme en graisse et facilitant par-là même un mode de vie dynamique.

Le métabolisme au repos

Quel que soit votre niveau d’activité, un niveau minimum d’apport calorique est requis pour subvenir aux fonctions quotidiennes de l’organisme. Connu sous le nom de métabolisme au repos, ce niveau indique le nombre de calories que vous devez ingérer afin d’apporter l’énergie suffisante à votre organisme pour fonctionner.

References:
1. WHO, Obesity and overweight, Fact sheet N°311, January 2015
2. Jeffrey J VanWormer et. al, The impact of regular self-weighing on weight management: a systematic literature review, International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity 2008, 5:54 doi:10.1186/1479-5868-5-54

 

 

                                                                                                                                                                            Cette page a été mise à jour le 30/07/2015 16:43:25